للتواصل معنا : contact@dades-infos.com
أخر تحديث : samedi 5 octobre 2013 - 8:59

El Hassane AÏT MOH: Auteur de trois romans chez l’Harmattan

El Hassane AÏT MOH est né au petit village d’Imassine,  dans la province de Ouarzazate, en 1962. Enseignant, il a obtenu un DEA d’anthropologie et de sociologie et une licence en sciences de l’éducation à l’université Lumière Lyon 2. Il s’est notamment penché sur la problématique de l’identité et la complexité des liens entre les hommes porteurs de cultures différentes.
Ses romans « Le thé n’a plus la même saveur », « Le captif de Mabrouka », et « Les jours de cuivre », sont publiés chez l’Harmattan.
Contact : aitmoh2009@live.fr

Le thé n’a plus la même saveur

Sans titre 5
En quittant son village natal près de Ouarzazate dans le sud marocain, Haddou a laissé derrière lui un lieu déserté par les hommes. Les femmes abandonnées pleuraient leurs maris ensorcelés par le rêve français. Pour elles, la France est une femme sans scrupules. Haddou n’avait pas écouté le conseil de sa mère qui ne cessait de lui répéter : « Mieux vaut les piqûres d’abeilles de son propre pays que le miel des pays des autres ». Il vécut les affres de l’exil et la difficulté d’être dans un monde qui n’est pas le sien. Son amour pour Hara, sa cousine, fut contrarié par une belle-mère autoritaire produit d’une société marocaine encore sous le poids des traditions ancestrales. Sa liaison avec Francine rencontrée dans un foyer pour étrangers à Lyon fut, elle aussi, compromise à cause des malentendus culturels. Haddou est un être perdu entre les pays et entre les femmes. Mais le combat de Hara pour reconquérir sa liberté et retrouver son amour, fut déterminant. Dans la nuit, elle déterra le trésor caché dans le tombeau du Saint Sidi Bourja, protecteur du village et se présenta au consulat de France à Marrakech.

Le captif de Mabrouka
Sans titre 6 Avec l’âge, il est des êtres qui deviennent plus sensibles à la question de leurs racines. Souvent poussés par le malaise que crée en eux un certain flottement de l’identité ou un vague désir de vivre de nouvelles expériences, ils plongent alors dans un passé lointain à la recherche d’éventuelles traces de ce que fut leur histoire. Mais leur aventure est d’autant plus périlleuse que leurs origines se situent dans un pays dont ils ignorent tout. Pour Richard, cette obsession se transforma presque en besoin. A cinquante ans, et malgré la résistance de sa femme Colette, il débarqua un jour dans une petite ville du sud marocain où il avait vu le jour. Au Palais des pauvres, un hôtel étrange où ils passèrent la nuit après une mésaventure dans le désert, Richard rencontra le vieux Charjane, clochard et ancien professeur d’arts plastiques qui lui révéla le secret de Mabrouka. Mais Richard n’était pas le seul à revenir dans sa terre natale ; il ne savait pas encore que l’ancienne maison de ses parents était convoitée par un certain Kinston, un Américain en mission de coopération. Kheira, mendiante métamorphosée en danseuse sensuelle s’envolera avec Richard dans des lieux encore plus mystérieux à travers ce pays dont il avait toujours rêvé, le Maroc.

Les jours de cuivre
Sans titre 9 Un étranger débarqua un jour à Bouskour, une mine de cuivre, de poussière et d’ennui. De sa fenêtre, un enfant épiait les moindres gestes de l’inconnu, il nous raconte l’aventure de cet homme qui, ayant fui son village, rêvait d’une vie meilleure dans le nouvel Eldorado. À travers le récit de cet homme, l’enfant restitue l’histoire de la mine de Bouskour. Témoin du désagrégement d’un monde traditionnel sapé par l’exploitation minière, l’enfant relate ses premières expériences de la vie, ses angoisses, ses désirs, puis son exil dans une ville lointaine où il poursuivit ses études. À la fin des années 70, suite à la chute du cours du cuivre, la mine s’arrêta définitivement, les ouvriers, désemparés, abandonnèrent le lieu. En ville, l’enfant découvrit un monde chaotique, il rencontra Fatima, la femme du voisin, et fut arrêté à cause d’un malentendu autour d’un livre de philosophie.

Les romans sont publiés chez l’Harmattan.

تنبيه: ما ينشر في موقع دادس-أنفو، يعبر عن رأي كاتبه، ولا يعبر بالضرورة عن رأي إدارة الموقع

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات



ان موقع "دادس أنفو" الالكتروني يحتفظ بحقه في نشر او عدم نشر اي تعليق لا يستوفي شروط النشر ويشير الى ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة الموقع وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً. شروط النشر: موقع "دادس أنفو" يشجّع قرّاءه على المساهمة والنقاش الجاد وابداء الرأي وذلك ضمن الاطار الأخلاقي الراقي بحيث لا يسمح بالشتائم أو التجريح الشخصي أو التشهير. كما لا يسمح بكتابات بذيئة او اباحية او مهينة كما لا تسمح بالمسّ بالمعتقدات الدينية او المقدسات.