للتواصل معنا : contact@dades-infos.com
أخر تحديث : samedi 17 juin 2017 - 7:17

DRISS KHROUZ, UN PARCOURS EXCEPTIONNEL

BNRM, 2011 de G à D : Driss Khrouz, Ahmed Boukous et Mohamed El Manouar

Par Mohamed El Manouar

Que de plaisir et d’honneur de participer à cet hommage rendu le 16 juin 2017 par l’Association des rencontres méditerranéennes du cinéma et des droits de l’homme dans sa 6ème édition dans l’enceinte de cette prestigieuse institution nationale, la BNRM, en reconnaissance au professeur Driss Khrouz pour son parcours riche, passionnant et sans faute. Il aura été et restera l’une des icônes du paysage intellectuel et culturel de notre pays.
Qu’il me soit permis de passer en revue, même de façon furtive et elliptique, les principaux éléments constitutifs d’un parcours exceptionnel, celui de mon ami de toujours, de notre ami à tous, M. Driss Khrouz.
Driss Khrouz naquit en 1950 et vécut au sein d’une fratrie de huit frères et sœurs, dans le village de Gourrama, à soixante kilomètres de Talsint et seulement à 30 km de ce lieu sinistrement connu de Tazmamart, dans cet espace où l’enclavement et la précarité des conditions de vie sont une réalité récurrente, un espace où les disparités sociales ne sont point apparentes. Une région où l’on ne se couche que pour mourir. Il le souligne vertement avec une certaine nostalgie :
«Riche ou pauvre, on mangeait les mêmes plats, on empruntait les mêmes sentiers, souvent à pied ou à dos d’âne. Personne n’avait de voiture ni ne pouvait en avoir et, pour aller à l’école, au souk ou ailleurs, il fallait marcher. Et puis, quel que soit le statut, le travail était une valeur à laquelle tout le monde adhérait de la manière la plus naturelle qui soit».
Que de sentes escarpées a-t-il parcourues ! Que d’embûches a-t-il su vaincre !
Comme tous les gamins du sud, la seule langue de communication est l’amazighe et grâce à l’école il apprit concomitamment l’arabe et le français. Les fondements de la diversité culturelle et linguistique allant s’affermir au fil des temps.
La scolarisation était un parcours de combattant. L’école est à une dizaine de kilomètres qu’il fallait parcourir tous les jours. Et, qui plus est, sur les douze enfants qui faisaient le trajet, seuls deux feront des études supérieures.
Après le certificat d’études primaires qu’il obtient en 1962, il rejoint le Lycée militaire de Kénitra, à la suite d’un concours. A 18 ans, il obtient le baccalauréat section sciences expérimentales avec mention «très bien». C’est la première promotion du Lycée militaire et, malgré les encouragements qui veulent en faire un futur officier de l’armée, il se détourne de la carrière militaire. D’abord, tenté par une grande école de commerce, il s’inscrit à la Faculté des sciences de Rabat où il obtient sa licence.
A 21 ans, il part à Lille où il obtiendra deux diplômes d’études supérieures (DES), l’un en économie et l’autre en gestion de l’entreprise. A son retour, il est chargé d’assurer les travaux dirigés (TD) à l’Université Mohammed V de Rabat. Il n’y reste pas longtemps. En 1975, il est affecté à la Faculté des sciences juridiques et économiques de Fès, y restera jusqu’en 1979 et continuera ses recherche pour sa thèse de doctorat d’Etat en sciences économiques qu’il soutiendra en 1980.
La personnalité de Driss est immensément riche. Faudrait-il parler de l’homme amazighe, dans ses subtilités et sa profondeur, du périphérique propulsé au centre, du militant intrépide et sans concession, de l’humaniste impénitent, du chercheur aguerri et friand, de l’enseignant caustique et engagé ? Il est, comme disait V. Hugo « un monde enfermé dans un seul homme ».
Cette personnalité charismatique, passionnante et attachante, ce chercheur aguerri, cet humaniste affable, courtois et altruiste, cet homme de rigueur est un homme de proximité et de promiscuité. Ce passionné ayant troqué sa tenue militaire est devenue au fil des ans et après de brillantes études, l’un des monuments de la culture, de l’enseignement, de la transmission, de la communication, de l’ouverture et du dialogue.
Ses grandes qualités, et c’est très peu dire, sont la délicatesse, la modestie, l’humilité, l’espièglerie, l’humour, l’ancrage dans son milieu, dans sa culture, la proximité avec la montagne, les paysages bucoliques, les espaces semi-arides, les petites gens de la communauté amazighe confrontée aux vicissitudes de l’existence, l’intelligence, le mot d’esprit, le franc parler, la liberté et la fierté. Il est prisonnier de sa liberté d’esprit et de son non conformisme. Il est d’une seule étoffe fait. Il est pétri dans les immuables valeurs du terroir. Ceci le prédestine à devenir une personnalité à dimension nationale et internationale.
Pour ceux qui l’ont connu et côtoyé, Driss Khrouz est de ce genre, de cette espèce menacée d’extinction, autant la langue de bois, la complaisance, la compromission sont absentes dans son lexique. Sa culture, son tempérament, ses convictions sont tout autres.
Docteur en économie et en gestion, enseignant et chercheur, gestionnaire et fin analyste, il est membre de plusieurs organes nationaux et internationaux.
Il commence en 1975 comme professeur chargé des travaux dirigés. Professeur de l’Enseignement Supérieur en Sciences Economiques à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales – Université Mohamed V-Agdal – Rabat.
Il va être séduit par la gauche avant même de militer au sein de l’Union nationale des étudiants marocains (UNEM).
Entre-temps, il avait déjà adhéré à l’Union socialiste des forces populaires (USFP) dont il est actuellement membre du conseil national.
Il s’implique dans l’enseignement en tant que chercheur, chef de département puis en qualité de vice-doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Fès, un poste dont il démissionnera. C’est pendant cette période que j’avais fait sa connaissance.
En 1990, Habib El Malki, nommé secrétaire général du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir (CNJA), fait appel à lui pour diriger plusieurs études sur les jeunes et l’emploi. D’ailleurs, c’est de là que vint l’idée de «Crédit jeunes promoteurs».
Mais Driss Khrouz n’abandonnera jamais l’enseignement qu’il poursuivit avec constance à Rabat, même lorsque El Malki le sollicite à nouveau, quand il fut nommé ministre de l’éducation nationale en novembre 2002, pour diriger son cabinet et superviser le travail qui fut accompli au niveau de la mise en place des académies régionales, l’autonomie de l’université ou la refonte des programmes et des manuels scolaires.
Le 22 septembre 2003, nouveau tournant dans sa carrière quand il est proposé pour le poste de directeur de la Bibliothèque nationale. Il sera ainsi étroitement associé à la construction du nouvel édifice qui sera achevé en juillet 2004. Il saura, par ses compétences, sa persévérance, ses qualités et ses réseaux hisser au firmament mondial cette institution et lui assurer un rayonnement culturel au niveau national et international.
Les diverses activités de Driss Khrouz et la richesse de son parcours lui ont valu le poste de vice-président du Centre nord-sud du Conseil de l’Europe, chargé de la promotion de l’interdépendance et du dialogue entre les cultures. Cette association a son siège à Lisbonne de 1997 à 2003.
Driss Khrouz n’oublie pas pour autant la recherche. Il est, en effet, secrétaire général du Groupement d’études et de recherches sur la Méditerranée (GERM) et membre du conseil d’administration de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM). Il a marqué son passage par ses riches interventions et ses contributions tant au niveau des sessions du Conseil qu’au niveau des multiples commissions.

BNRM, Remise du prix de la culture amazighe-17/10L2014. De g à d : Mahmoudi, El Moujahid, El Manouar et Khrouz

Chef de file de Réseau Marocain de La  Fondation  Anna  Lindh  pour  le  Dialogue  entre  les  Cultures jusqu’en fin 2011.
Commissaire de la Saison culturelle et artistique du Maroc en Wallonie-Bruxelles DABA Maroc 2012.
Secrétaire Général du Réseau Francophone Numérique (RFN), élu à l’Assemblée Générale annuelle, tenue le 10 Avril 2014 à Berne (Suisse)
Membre du conseil  scientifique chargé de la préparation de l’exposition «Des Idrissides aux Mérinides : le Maroc fondateur d’empires»  au musée du Louvre, à  l’automne 2014.
Secrétaire général du Groupement d’Etudes et de Recherches sur la Méditerranée (GERM), Rabat.
Membre du comité Consultatif International «  Mémoire du Monde » de l’UNESCO.
Membre fondateur de l’Association « sous le signe d’Ibn Rochd ».
Principales publications
Elles sont plurielles et extrêmement utiles pour la mise en œuvre d’un développement intégré de notre pays. Je n’en citerai que quelques-unes, celles que je considère proéminentes à plus d’égards.
La compétitivité de l’économie marocaine « Les relations économiques Euro-méditerranéennes » publication de l’Institut Maghreb Europe de l’Université Paris-8. Deuxième semestre 1997.
Marché et participations des populations: « les enjeux de la mondialisation. In Economic reform, social justice and the state ». Contribution au colloque organisé et publié par the Foundation on Demacratization and Political change in the Middle East-Washington- DC- Printemps 1997.
Régionalisation et mutations économiques au Maroc. Travaux du séminaire organisé par le Centre Espagnol des Relations Internationales. Madrid Décembre 1997.
Choix industriels et coût du non Maghreb, in Annuaire de la Méditerranée, édition du Groupement d’Etudes et de Recherches sur la Méditerranée (GERM)-PUBLISUD-PARIS 1997.
Mondialisation et crise asiatique dans la publication de L’ACADEMIE DU ROYAUME DU MAROC. Pourquoi les dragons d’Asie ont-ils pris feu ? MAI 1998.
Quels rôles pour les acteurs politiques et sociaux dans le processus de la modernisation institutionnelle, in Prologues, Casablanca – n°16 – printemps 1999.
L’analyse alternative du développement. Coordinateur, ouvrage collectif publié par la Fondation du ROI ABDUL-AZIZ AL SAOUD pour les études islamiques et les sciences humaines – Casablanca – Décembre 1999.
L’entreprise, enjeu social déterminant – in Rapport social 2000 – Le Bulletin Economique et Social, éd. OKAD – Avril 2000.
Le développement local à l’épreuve de la mondialisation. Coordinateur. publication de la Fondation du ROI ABDUL-AZIZ AL SAOUD, Casablanca, 2003.
BARCELONA MONITORING. suivi de l’accord de libre échange. Publication de la Friedrich Ebert Stiftung. RABAT.2004.
« Le métier d’intellectuel, dialogues avec quinze penseurs du Maroc » éditions En toutes lettres, février 2014.
« La diversité culturelle est un dialogue » in la Revue Internationale et Stratégiques, numéro 71, publication de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et stratégiques), Paris, Dalloz, automne 2008.
« A dynamic civil society » Journal of Democracy, january 2008, volume 19, number 1, edition John Hopkins, University Press Washington, D.C, 2009.
« L’Instance Equité et Réconciliation » Prologues, numéro 38, printemps 2009 »
« Les regards d’aujourd’hui sur la conception de l’argent et de la richesse depuis Adam- Smith et Max Weber », Revue ECONOMIA, publication du Centre d’Etudes Sociales, Economiques et Managériales (HEM), Rabat, 2009.
L’Annuaire de la Méditerranée 2006 : « Réflexions préliminaires sur la Fondation Euro-méditerranéennes Anna Lindh pour le dialogue des cultures ». Publication du GERM RABAT.
L’Annuaire de la Méditerranée 2005: « Le processus de Barcelone : Dix ans après, Quelles perspectives ? ». Publication du GERM RABAT.
En retraite sans pour autant être en retrait car par sa rigueur et son énergie, il aura encore des rôles à jouer pour notre pays, je souhaite longue vie, beaucoup de santé, de bonheur et plus d’implication et d’engagement dans cette nouvelle tranche de vie à notre ami, notre frère Driss Khrouz et à sa petite et grande famille.
Tanmmirt.
Rabat, le 12 juin 2017.

تنبيه: ما ينشر في موقع دادس-أنفو، يعبر عن رأي كاتبه، ولا يعبر بالضرورة عن رأي إدارة الموقع

أضـف تـعـلـيق 1 تـعـلـيـقـات



ان موقع "دادس أنفو" الالكتروني يحتفظ بحقه في نشر او عدم نشر اي تعليق لا يستوفي شروط النشر ويشير الى ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة الموقع وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً. شروط النشر: موقع "دادس أنفو" يشجّع قرّاءه على المساهمة والنقاش الجاد وابداء الرأي وذلك ضمن الاطار الأخلاقي الراقي بحيث لا يسمح بالشتائم أو التجريح الشخصي أو التشهير. كما لا يسمح بكتابات بذيئة او اباحية او مهينة كما لا تسمح بالمسّ بالمعتقدات الدينية او المقدسات.

  • 1

    tanmmirt i umatnegh et notre prof EL Manouar;vos articles éclairent .le Dades et ses régions;notre Dades aura besoin des gens comme vous
    Merci beaucoup