للتواصل معنا : contact@dades-infos.com
أخر تحديث : jeudi 23 mars 2017 - 10:00

« Lakhmis Dadès: le « soulèvement Anbed

Dades-Infos



Les villages de Tisli, Ayt Mehdi et Ayt Mejber, rattachées au caïdat de Lakhmis Dadès, vit en ce moment un état d’agitation et de tension après l’intervention musclée des forces publiques pour briser un sit-in de citoyens de ces douars suite à leur empêchement de construire leurs maisons sur des terres dont ils disent qu’ils sont des terres ancestrales situées dans l’Ouest de la vallée du Dadès et entre Boumalne du Dades et Kelâat M’Gouna.

La décision de démolition et d’expropriation était justifiée par le fait que « les citoyens en question n’avaient pas de permis de construire et les plans de construction», selon des sources des autorités locales, et selon les sources du site en question, les forces de sécurité ont surpris les manifestants vers 4H du matin du lundi 20 Mars et les ont poursuivi et rasé les maisons qu’ils ont construit récemment sous prétexte de leur caractère «illégal». L’intervention qualifiée de «violente, injustifiée et sans avertissement préalable», a donné lieu à l’arrestation d’environ 8 personnes et un groupe de jeunes, de femmes et d’enfants ont été blessés, en outre 10 autres personnes sont recherchées par les autorités.
Les détenus font face à des accusations de «diffamation, calomnie, agression et coups et blessures» à l’encontre du Caïd de la caïdat de Lakhmis Dadès, des agents de sécurité et des agents de l’autorité, qui auraient subi des fractures et des blessures lors de l’intervention selon des sources de sécurité, ces dites charges ont été démenties catégoriquement par les manifestants, en soulignant que les autorités locales ont délibérément fabriqué des dossiers lourds contre les détenus pour les terroriser, en se demandant si vraiment les personnes en question ont été blessées, et sils se sont demandé comment ces derniers ont pu identifier les agresseurs, malgré l’obscurité qui a balayé l’endroit.Le plateau derrière les maisons représente les terres spoliées pour soit disant un projet étatique de construction d’une base militaire aérienne ce qui est une pure rumeur. Le pacha de Boumalen Dadès a fait venir les anciens même démissionnaires comme agents responsables des terres tribales pour leur faire signer un document validant ces terrains Anbed sachant que ces agent déjà démissionnaires et qu’il y a des jeunes à leurs places, mais les autorités ont fait signer les anciens pour éviter la résistance des jeunes agents élus pas les tribus. Source de ces infos site Dadès-info.com




D’aucuns parmi les manifestants ont confirmé qu’ils ont commencé tout d’abord par accomplir les formalités et les procédures habituelles, mais « le Caïd et le Cheikh» ont refusé de leur remettre les permis de construire, alors même qu’ils ont accordé des permis de construire à certaines personnes influentes dans la même région pour exploiter des hectares de terres, et ils ont décidé ainsi de cloisonner les terrains, les reboiser et définir ses limites avant d’être surpris par l‘interdiction des autorités.

Quelques heures après les nouvelles de l’intervention musclées contre les manifestants, des acteurs locaux et militants des droits humains se sont dépêchés sur place pour suivre de près la situation, et nous avons appris qu’un comité de défense pour la défense des terres ancestrales de ces deux tribus et qui suivent aussi le dossier des détenus sera mise en place dans les prochains jours. Dans une déclaration d’un membre du comité préparatoire pour le site dades-infos.com «C’est quand même curieux que quelques jours seulement après la publication par le journal Assabah l’information de la décision du Préfet de la province Tinghir de s’abstenir de déployer la force publique pour faire exécuter une décision de justice contre un notable qui a spolié des terres d’autrui dans la commune d’Ayt Youl, le revoilà le même Préfet donne l’ordre aux forces publiques d’intervenir pour raser les maisons des citoyens ordinaires sans jugement et sans base juridique » selon lui.





Le plateau derrière les maisons représente les terres spoliées pour soit disant un projet étatique de construction d’une base militaire aérienne ce qui est une pure rumeur. Le pacha de Boumalen Dadès a fait venir les anciens même démissionnaires comme agents responsables des terres tribales pour leur faire signer un document validant ces terrains Anbed sachant que ces agent déjà démissionnaires et qu’il y a des jeunes à leurs places, mais les autorités ont fait signer les anciens pour éviter la résistance des jeunes agents élus pas les tribus.La liste des détenus qui comparaissent devant le procureur du roi ce jeudi :
Waasin Abdelkrim
Chahid Abdelkrim
Boucetta Lahssan
Khalis Lahssan
Echafii Mohamed
Echafii Saïd
Nador Hassan
Baaziz LhusinSource dades-infos.com. Traduit par la rédaction de Tabrat.info

l’article en Arabe
http://www.dades-infos.com/?p=42053

تنبيه: ما ينشر في موقع دادس-أنفو، يعبر عن رأي كاتبه، ولا يعبر بالضرورة عن رأي إدارة الموقع